André Santini sera rejugé dans l’affaire de la fondation Hamon

Par

André Santini avait été relaxé en 2015 dans l’affaire de la fondation Hamon. La Cour de cassation a cassé et annulé cette décision ce mercredi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est la douche écossaise pour André Santini. Le maire (UDI) d'Issy-les-Moulineaux et député des Hauts-de-Seine devra finalement être rejugé dans l'affaire de la fondation Hamon. Poursuivi pour « recel de faux et usage », « détournement de fonds publics » et « prise illégale d'intérêts » dans cette affaire de gros sous – un projet de musée d'art contemporain ruineux pour les finances publiques mais qui n'a jamais vu le jour –, l'élu avait dans un premier temps été condamné en 2013 par le tribunal de grande instance de Versailles (ainsi que feu Charles Pasqua), puis relaxé en 2015 par la cour d'appel.