La droite sous la pression Macron

Par et

Convaincue que la défaite à la présidentielle n’a tenu qu’aux faiblesses de François Fillon, la droite espère prendre sa revanche aux législatives. Mais les ténors de LR vivent sous le couperet du futur gouvernement Macron que certains pourraient rejoindre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

François Baroin veut y croire. La victoire de la droite aux élections législatives – et l’inévitable cohabitation qui s’ensuivra – sera la « troisième surprise de cette présidentielle folle ». Après l’élimination de son candidat dès le premier tour de la présidentielle, l’alliance LR-UDI mise tout sur les législatives. Avec un projet ripoliné et des candidats investis dans 564 des 577 circonscriptions (211 femmes pour 353 hommes), le parti de la rue de Vaugirard veut prendre sa revanche. Officiellement, tout est en ordre de marche. Mais la victoire d’Emmanuel Macron et les tractations en cours sur la composition du futur gouvernement contrarient fortement les ambitions de chacun.