ADP: l’union des droites et des gauches s’est construite en une semaine

Par et

En une semaine, les groupes d’opposition ont réussi à rassembler 248 signatures de parlementaires pour porter une proposition de loi référendaire, visant à annuler la privatisation d’ADP.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La majorité pensait que ce serait la dernière et ultime étape. Par 147 voix contre 50, la loi Pacte a été définitivement votée à l’Assemblée nationale le 11 avril après avoir été rejetée par le Sénat deux jours avant. Au-delà de certaines dispositions de cette loi fourre-tout et fortement dérégulatrice (sacrifice des commissaires aux comptes et de l’information économique par exemple), le cas de la privatisation des Aéroports de Paris (ADP) a focalisé la bataille politique. Au point de rassembler, dans une étonnante et inédite coalition, les groupes parlementaires d’opposition – hors Rassemblement national (RN) – pour déposer une proposition de loi référendaire contre cette mesure, finalement signée par 248 députés et sénateurs.