Macron, sa première année au pouvoir (13/15) Enquête

Macron, «c’est le chef comptable qui a pris le pouvoir»

Pur produit de la technostructure, Emmanuel Macron avait promis qu’il bousculerait les schémas de l’« ancien monde » en réformant le fonctionnement de l’appareil d’État. Un an après son élection, la méthode qu’il a instaurée, en mettant au pas la haute administration et en accordant un rôle prédominant à Bercy, a accentué un mouvement vieux de trente ans : l’hypercentralisation du pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

C’est son monde. « Son espace naturel », disent certains. Il en connaît les codes, les avantages, les travers aussi. Ancien inspecteur des finances, sorti dans la botte de la « promotion Senghor » (2002-2004) de l’École nationale d’administration (ENA), Emmanuel Macron a observé la technostructure de près. D’abord au sein même de l’un des corps les plus fermés de la République, qu’il dit avoir intégré comme l’on découvre « un nouveau continent » et où, pendant quatre ans et demi, il a appris « à analyser, à décortiquer les mécanismes multiples qui font la vie de l’État et de ses agents ». Ensuite à l’Élysée, où il fut secrétaire général adjoint du cabinet de François Hollande de mai 2012 à juillet 2014, puis à Bercy, en tant que ministre de l’économie. Il en était le pur produit. Président, il en est devenu la tête de gondole.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Énergies — Note de veille
par Martine Orange et Thomas Schnee
Politique — Reportage
par Jean-Louis Le Touzet
Gauche(s)
par Pauline Graulle
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias — Parti pris
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Médias — Parti pris
Médias : la commission d’enquête ménage aussi Bernard Arnault
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik