Macron, sa première année au pouvoir

Emmanuel Macron fait le choix de la soumission à l’ordre économique

Par
capture-d-e-cran-2018-05-02-a-18-38-50

Dans son entretien à Forbes, Emmanuel Macron explique que ses choix économiques sont déterminés par sa volonté de coller aux intérêts des investisseurs. Il ne se contente pas d’annoncer la fin de l’exit tax, il présente une vision du monde faite de soumission à la volonté des plus riches.

Emmanuel Macron ou la verticale du pouvoir

Par
macron2

Emmanuel Macron pousse à son paroxysme la logique de la monarchie républicaine, en tirant tous les leviers que la Ve République lui confère. Sans cacher une certaine autosatisfaction, il dit « assumer totalement la “verticalité” du pouvoir », quitte à renier la culture du débat prônée durant la présidentielle.

Pour les jeunes, Macron propose de vieux schémas de pensée

Par
Manifestation parisienne contre la loi Vidal, le 10 avril. © Reuters Manifestation parisienne contre la loi Vidal, le 10 avril. © Reuters

Alors que la mobilisation étudiante se poursuit, l’exécutif continue de défendre ses politiques teintées de pragmatisme et d’éthique libérale. Sous couvert de modernisation, son approche de « la jeunesse » révèle en filigrane une vision classique de la société, où les alternatives sont encouragées à condition qu’elles respectent le cadre fixé par le pouvoir.

Le macronisme chahute tout dans l’éducation

Par
Frédérique Vidal et Jean-Michel Blanquer. © Reuters Frédérique Vidal et Jean-Michel Blanquer. © Reuters

Emmanuel Macron s'était engagé à dédoubler les classes de CP en éducation prioritaire, ce qui a été fait. Son ministre, Jean-Michel Blanquer, s'est attaché durant cette année à afficher sa volonté de tout bouleverser de la maternelle au lycée. Sa collègue de l'enseignement supérieur s'est attelée pour sa part, avec quelques heurts, à la réforme d'accès à l'université en mettant en place une sélection.

«Make our planet great again»: c’est pas gagné

Par
Emmanuel Macron au One Planet Summit en décembre 2017 © Reuters Emmanuel Macron au One Planet Summit en décembre 2017 © Reuters

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a assuré aux Français qu’il voyait la transition écologique comme le « défi du XXIe siècle ». « Une urgence française », autant que mondiale. Pourtant, un an après son arrivée à l’Élysée, les écologistes s’impatientent, attendant « des actes, au-delà des grands principes ».

Emmanuel Macron. Un résumé en 14 minutes

 © Mediapart © Mediapart

Des frappes en Syrie aux inégalités entre les femmes et les hommes, en passant par la réforme de la SNCF, la ZAD et les hôpitaux… Au terme de la première année de son quinquennat, Emmanuel Macron a répondu dimanche 15 avril aux questions de Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel.

Macron, un an après: le bilan de la rédaction

 © Mediapart © Mediapart

Avant l’entretien avec Emmanuel Macron, interrogé à Chaillot par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, Mediapart a dressé le bilan d’un an d’action présidentielle. 

Macron pris aux mots: le décryptage

 © Mediapart © Mediapart

Après l’entretien avec Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, nos invitées réagissent aux propos présidentiels.

Le macronisme au pouvoir (3/3): pouvoir fort ou pouvoir faible?

Par
Emmanuel Macron. © Reuters Emmanuel Macron. © Reuters

L’hyper-président Macron bombe le torse à l’international, ne craint pas d’affronter « en même temps » les étudiants, les cheminots et les écolos, et met en scène son pouvoir « jupitérien ». Mais après un an à l’Élysée, a-t-on affaire à nouveau type de chef d’État ou à un colosse aux pieds d’argile ? Dernier volet de notre enquête.

Le macronisme au pouvoir (2/3): une démocratie exsangue

Par

Le constat de crise de la démocratie représentative est largement partagé. Mais plutôt que de l’affronter pour tenter de la résoudre, Macron pense pouvoir la contourner en misant sur un autoritarisme technocratique, passant outre l’esprit des lois et les réalités de la société. Deuxième volet de notre enquête.

Le macronisme au pouvoir (1/3): anatomie d’une présidence

Par
Emmanuel Macron, 15 mars 2018. © Reuters Emmanuel Macron, 15 mars 2018. © Reuters

Le « macronisme » a déjà été maintes fois scruté dans ses influences et sa trajectoire. Mais quelle pratique du pouvoir la première année de Macron à l’Élysée dessine-t-elle ? Comment les chercheurs qui travaillent sur l’État, la démocratie et le politique s’en saisissent-ils ? Enquête en trois volets.

L’inconscient bavard de Macron sur les riches

Par
Emmanuel Macron et Jean-Pierre Pernaut, présentateur du 13 heures de TF1. © Reuters Emmanuel Macron et Jean-Pierre Pernaut, présentateur du 13 heures de TF1. © Reuters

« Les riches n’ont pas besoin de président, ils se débrouillent bien tout seuls », a affirmé Emmanuel Macron pour en finir avec son accusation de « président des riches ». Mais en cherchant à se débarrasser de cette étiquette, il trahit une vision du monde encore plus inquiétante. 

Macron, «c’est le chef comptable qui a pris le pouvoir»

Par
Emmanuel Macron, suivi du secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler. © Reuters Emmanuel Macron, suivi du secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler. © Reuters

Pur produit de la technostructure, Emmanuel Macron avait promis qu’il bousculerait les schémas de l’« ancien monde » en réformant le fonctionnement de l’appareil d’État. Un an après son élection, la méthode qu’il a instaurée, en mettant au pas la haute administration et en accordant un rôle prédominant à Bercy, a accentué un mouvement vieux de trente ans : l’hypercentralisation du pouvoir.

Un an de «Macronomics», ou la fin de l’équilibre

Par
Emmanuel Macron salue à Versailles, le 22 janvier, le dirigeant du groupe pharmaceutique suisse Novartis, Vasant Narasimhan © Reuters Emmanuel Macron salue à Versailles, le 22 janvier, le dirigeant du groupe pharmaceutique suisse Novartis, Vasant Narasimhan © Reuters

Élu sur un programme équilibré entre le libéralisme et le social, le président a oublié ce second pilier pour mener une politique classique de réformes néolibérales. 

Aux sources du macronisme

Par
Emmanuel Macron en campagne à Bagnères-de-Bigorre, le 12 avril 2017. © Reuters Emmanuel Macron en campagne à Bagnères-de-Bigorre, le 12 avril 2017. © Reuters

Une trentaine de chercheurs en sciences politiques se sont réunis pendant deux jours à Paris pour tenter de définir les origines du macronisme, en se penchant sur ceux qui ont permis son émergence : électorat, militants, élites… Radioscopie d’un melting-pot politique, né sur les cendres du parti socialiste.

Asile, SNCF, université, ZAD: treize voix de la mobilisation contre «Macron et son monde»

 © Mediapart © Mediapart

Treize invités, dont Olivier Besancenot et la députée LREM Delphine Bagarry, expliquent pourquoi et comment ils se mettent en mouvement.

Face aux oppositions, Emmanuel Macron joue l’opinion

Par
Au Salon de l’agriculture, le 24 février. © Reuters Au Salon de l’agriculture, le 24 février. © Reuters

S’il assure se désintéresser des sondages et assumer une forme d’impopularité, le chef de l’État n’hésite pas à construire sa stratégie politique en fonction de l’opinion publique, afin d’établir un rapport de force avec les voix contestataires. Au risque de diviser les Français.

La méthode Macron: écouter mais ne pas entendre

Par

L’exécutif multiplie les concertations avec les élus locaux, les responsables associatifs et les corps intermédiaires pour faire la pédagogie de ses « transformations ». C'est la méthode Macron pour anesthésier les mécontentements : éterniser les discussions. Pour mieux imposer ses choix.