Le macronisme au pouvoir (3/3): pouvoir fort ou pouvoir faible?

Par

L’hyper-président Macron bombe le torse à l’international, ne craint pas d’affronter « en même temps » les étudiants, les cheminots et les écolos, et met en scène son pouvoir « jupitérien ». Mais après un an à l’Élysée, a-t-on affaire à nouveau type de chef d’État ou à un colosse aux pieds d’argile ? Dernier volet de notre enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au premier abord, après un an à l’Élysée, la cause semble entendue. Certes, Emmanuel Macron concentre comme jamais les pouvoirs que lui offrent généreusement les institutions présidentialistes de la Ve République et gouverne sans partage vis-à-vis de sa majorité, de ses ministres, du Parlement, des partenaires sociaux, de la haute fonction publique ou des corps intermédiaires.