Emmanuel Macron ou la verticale du pouvoir

Emmanuel Macron pousse à son paroxysme la logique de la monarchie républicaine, en tirant tous les leviers que la Ve République lui confère. Sans cacher une certaine autosatisfaction, il dit « assumer totalement la “verticalité” du pouvoir », quitte à renier la culture du débat prônée durant la présidentielle.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il y en aura eu pour tous les goûts. Après le « 13 heures » de Jean-Pierre Pernaut, suivi de l’entretien mené par Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, Emmanuel Macron poursuit l’explication de texte de sa première année de présidence dans les colonnes de la prestigieuse Nouvelle revue française (NRF). Trois formats, trois styles, mais une seule conception du pouvoir, déclinée à l’envi et sur tous les tons par un chef de l’État qui en « assume totalement la “verticalité” » et ne cache pas une certaine autosatisfaction.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal