Face à l’extrême droite, Macron s’entête à jouer avec le feu

Convaincu de la disparition du « front républicain », Emmanuel Macron transforme la campagne d’entre-deux-tours en un référendum pour ou contre son projet. Ce faisant, il continue de nourrir l’idée selon laquelle le programme néofasciste de Marine Le Pen constituerait une alternative.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Dénoncer les mensonges de Marine Le Pen, « sans utiliser la voix de la moralisation » : c’est la stratégie qu’a choisie Emmanuel Macron dans l’entre-deux-tours de la présidentielle pour « convaincre » les millions d’électeurs et électrices du Rassemblement national (RN) que son programme est le meilleur. Estimant qu’« il n’y a pas eu de front républicain » en 2017, le candidat La République en marche (LREM) vise le vote d’adhésion et entend « rassembler » autour de lui plutôt que contre son adversaire.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal