Claude Guéant est au cœur du «pacte de corruption» avec Kadhafi, selon les juges

Par et

Les juges ont annoncé le 5 juin à Claude Guéant qu’ils envisageaient d’alourdir sa mise en examen dans l’affaire des financements libyens, avec six nouveaux chefs de mise en cause, dont « corruption » et « complicité de financement illicite de campagne électorale ». L’ancien ministre de l’intérieur a de plus été confronté à de nouvelles preuves dans l’achat d’un appartement grâce à Alexandre Djouhri.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le préfet Claude Guéant n'a rien perdu de sa morgue, mais cela ne l'a pas tiré d'affaire pour autant. Il est, selon les juges, au cœur d'un « pacte de corruption » passé par les autorités libyennes avec Nicolas Sarkozy. Devant les magistrats qui l'ont interrogé une journée entière, le 5 juin dernier, l'ancien ministre de l'intérieur a opposé d'anciennes postures aux questions et aux éléments nouveaux accumulés par l'enquête, répétant souvent, acculé, n'avoir « aucun souvenir » ou « aucune observation » à formuler.