Acte 48 des gilets jaunes: «Taper les gens à terre, c’est les ordres?»

Par

Samedi à Toulouse, « capitale nationale » des gilets jaunes, la police a réprimé tout de suite et violemment. Gazages, interpellations, saisie de matériel de protection… Après onze mois de mobilisation, les relations entre la population et les forces de l’ordre sont exécrables.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse, de notre correspondant.– « Le SDF, aidez-le, il va crever, miskin ! » Le sans-abri durement touché à l’œil, hagard et pris en charge par les medics en milieu d’après-midi dans la rue Bayard, au centre de Toulouse, sous une pluie de gaz lacrymogène, n’est pas mort. Mais comme nombre de manifestants, il aura passé une après-midi éprouvante.