Jackpot de la primaire: Fillon n’a même plus besoin de dons

Par et

Grâce à la primaire, le candidat Fillon pourrait entamer la présidentielle avec onze millions d’euros dans les caisses. Mais ce scrutin soulève bien des questions : qui contrôle les dépenses des perdants, et surtout leurs financements ? Mediapart revient sur les coulisses financières de cette opération.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des millions de votants convertis en millions d’euros. La primaire de la droite et du centre s’est transformée en jackpot pour François Fillon. D’après nos informations, il pourrait encaisser dès cette semaine un premier versement de plusieurs millions d’euros de la part de la Haute autorité de la primaire (HAP), ce micro-parti chargé par LR d’organiser le scrutin. D’autres suivront. Car en séduisant plus de 8,6 millions de Français, l’élection de novembre a réussi à capter, en pièces détachées d’un ou deux euros, 17,4 millions d’euros. Or les statuts de la primaire sont clairs : l’intégralité du bénéfice est offerte au vainqueur pour sa campagne présidentielle.