Hollande: cap sur le néolibéralisme

Par

Alors que François Hollande a détaillé lors de sa conférence de pressse de nouveaux cadeaux pour les entreprises, beaucoup de médias disent de sa politique économique qu'elle est « sociale-libérale ». Mais c'est un abus de langage. Car la politique menée n'a pas grand-chose de social.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis que François Hollande a annoncé au soir du 31 décembre, lors de son allocution télévisée pour présenter ses vœux aux Français, qu’il comptait prochainement proposer aux entreprises un « pacte de responsabilité » avec, à la clef, des allègements massifs de cotisations sociales (30 à 35 milliards d'euros) en contrepartie d’engagements sur le front de l’emploi, c’est devenu le quiz favori de nombreux médias : mais quelle est donc la politique économique suivie par le chef de l’État ? Et quelle est son inspiration ? Le chef de l’État lui fait-elle prendre un tournant, à la manière du « virage de la rigueur » des années 1982-1983 ? Et si tournant il y a, comment faut-il donc le baptiser ?