L’Outre-mer frustré du grand débat

Par

Dans les territoires ultramarins, et à La Réunion en particulier, les citoyens impliqués sortent doublement frustrés du « grand débat » organisé par le gouvernement. L’exercice a ressemblé à s’y méprendre aux « Assises de l’Outre-mer », un monologue étatique et numérique qui n’a accouché de rien de concret.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des supermarchés pris d’assaut par des émeutiers, du nord au sud une île totalement bloquée, la vie économique à l'arrêt pendant deux semaines, des barrages et des incendies qui menaçaient la paix civile : à La Réunion, l'acmé du mouvement des gilets jaunes a laissé des souvenirs douloureux. C'était en novembre 2018, quelques jours avant que la mobilisation ne prenne une ampleur inédite dans l'Hexagone.