Hollande-Macron: une succession sans rupture?

Par

Au terme de son quinquennat, François Hollande veut croire que l’histoire lui rendra justice. En attendant, il surjoue la filiation politique avec son successeur. Quitte à gommer les désaccords qui ont conduit les deux hommes à la rupture.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a quelque chose de paradoxal à ressentir une forme de soulagement, au moment de la fin du quinquennat de François Hollande. Il y a cinq ans, son élection avait suscité le même sentiment dans l’électorat : l’ancien patron du PS avait permis de balayer Nicolas Sarkozy, sa présidence éreintante et son cortège d’affaires. Bien plus qu’un président « normal », il avait promis l’apaisement, moins de stigmatisation et un peu plus de justice sociale. Ce n’était pas fou, mais ce n’était déjà pas si mal.