Marine Le Pen contre-attaque pour esquiver les juges

Par et

La présidente du FN ne s’est pas présentée à la convocation par les juges chargés de l’affaire des financements illicites du FN, mardi. Le FN a déposé une requête en suspicion légitime contre les deux magistrats. Il a également attaqué le réquisitoire supplétif délivré par le parquet en juin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un bras de fer que Marine Le Pen n’est pas sûre de gagner, loin s’en faut. Convoquée comme témoin assisté par les juges d’instruction Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi pour s’expliquer sur le financement de ses campagnes électorales, la présidente du Front national ne s’est pas présentée, mardi, au Pôle financier du palais de justice. À la lecture de sa convocation, elle a choisi de faire déposer par son parti une requête en suspicion légitime contre les juges, plutôt que de s’expliquer point par point devant eux. La crainte d’une mauvaise publicité à l’approche des élections régionales l’a emporté.