Ehpad et aides à domicile: le mouvement se poursuit

Par

Ces personnels sont à nouveau mobilisés contre la réforme tarifaire qui touche leur secteur. Tous demandent une refonte du financement de la dépendance, incapable de faire face aux défis du vieillissement. Un rapport cosigné par une députée de la majorité va dans leur sens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Si nous étions des dockers, je peux vous dire que cela ferait longtemps que le problème serait résolu ! » Cette phrase de Pascal Champvert, président de l’AD-PA (Association des directeurs au service des personnes âgées), résume toute l’incongruité de la mobilisation autour du vieillissement et de la dépendance, repartie pour un tour jeudi 15 mars, après une journée qualifiée « d’historique » le 30 janvier dernier. Un directeur qui se rêve en “gros bras” du Havre, des syndicalistes CGT qui défilent dans la rue avec leurs patrons, et des médecins qui frayent même avec les infirmiers… « Le gouvernement peut légitimement être inquiet, poursuit Pascal Champvert. Dans ce secteur qui emploie beaucoup de travailleurs pauvres, des femmes seules avec enfants, souvent d’origine étrangère, normalement on ne descend pas dans la rue. C’est dire si les gens sont en colère pour qu’on réussisse à mettre en grève, en janvier, 30 % du personnel… »