Ce moment où Macron a (r)ouvert les vannes de l’islamophobie

Après Nicolas Sarkozy et Manuel Valls, Emmanuel Macron, à son tour, laisse la porte ouverte au déferlement de haine contre les musulmans. Il en va de sa responsabilité de maintenir les digues, y compris en menant la lutte contre le terrorisme. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Un chroniqueur ouvertement islamophobe, condamné par la justice pour provocation à la haine raciale, recruté par une chaîne de télévision pour déverser son fiel contre les musulmans ; une femme portant un voile humiliée par un élu RN devant son fils et les camarades de son fils venus assister à une assemblée plénière du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté ; un ministre de l’éducation appelant à signaler les petits garçons refusant de donner la main aux petites filles dans les cours de récréation, décelant en eux des djihadistes en puissance ; un ministre de l’intérieur désignant « la pratique régulière et ostentatoire de la prière » et la « pratique exacerbée de la religion en période de ramadan » comme autant d’usages problématiques ; une université diffusant, avant de se raviser, des instructions visant à repérer en son sein de supposées formes de « radicalisation », au travers de l’« apparition du voile », de « changement de physionomie » avec « port de la barbe sans moustache », de « changement vestimentaire » avec « port d’une djellaba », d’« absentéisme récurrent aux heures de prières », de « refus de l’autorité des femmes », de l’« arrêt de consommation de boissons alcoolisées », etc.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni
Climat — Parti pris
Une canicule éminemment politique
La précocité et l’intensité de la canicule actuelle démontrent à quel point l’heure n’est plus à la transition écologique mais à une écologie de rupture, sans transition. Alors qu’à l’ombre de cet événement sont tapies nombre d’injustices, il est temps de cibler les véritables fossoyeurs du climat.
par Mickaël Correia
L’affaire Kohler — Enquête
Affaire Alexis Kohler : le grand ménage
Dans le cadre d’une nouvelle enquête pour « trafic d’influence » et « prise illégale d’intérêts », la justice a découvert des documents dérangeants pour le secrétaire général de l’Élysée. Non seulement il a été beaucoup plus impliqué qu’on ne l’imaginait dans tous les dossiers concernant de près ou de loin l’armateur MSC, mais des documents ont disparu à certains endroits – mais été retrouvés dans d’autres – afin d’effacer les traces de ses interventions.
par Martine Orange
Violences sexuelles — Parti pris
Affaire Damien Abad : la méprise d’Emmanuel Macron
En renvoyant uniquement vers une réponse judiciaire, l’exécutif commet une triple erreur après les révélations visant le ministre des solidarités. Il confond justice et éthique, se trompe sur le rôle de la presse et contredit l’esprit des lois qu’il fait voter.
par Lénaïg Bredoux

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik