Macron : à droite toute ! Parti pris

Ce moment où Macron a (r)ouvert les vannes de l’islamophobie

Après Nicolas Sarkozy et Manuel Valls, Emmanuel Macron, à son tour, laisse la porte ouverte au déferlement de haine contre les musulmans. Il en va de sa responsabilité de maintenir les digues, y compris en menant la lutte contre le terrorisme. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Un chroniqueur ouvertement islamophobe, condamné par la justice pour provocation à la haine raciale, recruté par une chaîne de télévision pour déverser son fiel contre les musulmans ; une femme portant un voile humiliée par un élu RN devant son fils et les camarades de son fils venus assister à une assemblée plénière du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté ; un ministre de l’éducation appelant à signaler les petits garçons refusant de donner la main aux petites filles dans les cours de récréation, décelant en eux des djihadistes en puissance ; un ministre de l’intérieur désignant « la pratique régulière et ostentatoire de la prière » et la « pratique exacerbée de la religion en période de ramadan » comme autant d’usages problématiques ; une université diffusant, avant de se raviser, des instructions visant à repérer en son sein de supposées formes de « radicalisation », au travers de l’« apparition du voile », de « changement de physionomie » avec « port de la barbe sans moustache », de « changement vestimentaire » avec « port d’une djellaba », d’« absentéisme récurrent aux heures de prières », de « refus de l’autorité des femmes », de l’« arrêt de consommation de boissons alcoolisées », etc.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Salaires — Reportage
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Écologie — Parti pris
par Jade Lindgaard
Politique économique — Analyse
par Romaric Godin
À l’air libre
par à l’air libre
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias — Parti pris
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Médias — Parti pris
Médias : la commission d’enquête ménage aussi Bernard Arnault
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman

Nos émissions

Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik