C’est le signe de tous les gouvernements en crise. Quand rien ne va plus, il reste le ministre de l’intérieur pour désigner à l’opinion l’ennemi, mobiliser la gendarmesque et prendre des mesures d’exception. Ce long week-end, Bernard Cazeneuve aura donc été omniprésent, s’assurant de bien montrer le calme déterminé et « la fermeté totale » dont est censé faire preuve un ministre de l’intérieur contre les « casseurs ». Car la France, ou au moins plusieurs de ses villes, serait la proie d’une nouvelle génération de « radicaux » : des « casseurs extrémistes qui ont pour seule motivation la haine de l’État et de ce fait, des valeurs de la République », croit savoir le ministre.