Dossier : Le mariage pour tous Analyse

Budget et mariage pour tous: les députés PS se réveillent

On attendait cette majorité pléthorique plutôt passive. Elle donne au contraire quelques premiers signes de vivacité, même s'ils sont parfois contradictoires. Ce mardi débute le premier vote du budget. Dans le même temps, une partie du groupe entend muscler la future loi sur le mariage et l'adoption pour tous. L'occasion de nouvelles passes d'armes entre le gouvernement et sa majorité.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Les premiers mois, les députés n'ont rien dit. Il y a eu le (très bref) enthousiasme de la victoire après dix ans dans l'opposition, l'installation, et pour beaucoup la découverte des arcanes de l'Assemblée nationale. Il y avait surtout la volonté de ne rien faire qui puisse nuire à l'action du gouvernement. Le « collectif budgétaire » de juillet a été l'occasion de mettre en pièces certaines mesures fiscales héritées de l'époque Sarkozy (lire ici), même si la suppression d'une partie des avantages fiscaux liés aux heures supplémentaires a été très mal « vendue ». Puis ce fut la longue et pénible séquence du traité budgétaire européen, dominée par les injonctions paradoxales d'un pouvoir souhaitant éviter le « bug fondateur » au Parlement, et qui, pour ce faire, a alterné coups de trique et cajoleries envers sa majorité. Pour un résultat nul ou à peu près, puisque ceux qui avaient l'intention de voter contre en août... ont voté contre début octobre (lire ici) « On s'y est pris comme des manches », résume un député proche de Jean-Marc Ayrault. 

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions