Mariage pour tous : le coup de bluff de Nicolas Sarkozy

Par

En lâchant le mot « abrogation » devant la droite ultra-conservatrice, puis en chargeant son entourage de nuancer son propos, l’ancien président a tenté samedi un véritable coup de poker. Un épisode qui en dit long sur la faiblesse de son projet politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si comme l’écrivait André Gide, « l’intelligence, c’est la faculté d’adaptation », Nicolas Sarkozy peut se voir prêter bien plus que « deux neurones ». Car depuis plus d’un mois qu’il a entamé sa tournée de campagne pour la présidence de l’UMP, l’ex-chef de l’État ne fait que cela : s’adapter. Devant le public très “droite décomplexée” du Sud-Est, il n’avait pas hésité à réveiller le Buisson qui sommeillait en lui. Devant celui, ultra-conservateur, réuni le 15 novembre à l’initiative de Sens Commun, un collectif UMP émanant de la “Manif pour tous”, il a tenté l’un des plus gros coups de bluff de l’histoire des coups de bluff.