La lanceuse d’alerte d’UBS reconnue comme «collaboratrice occasionnelle» de l’Etat

Par

Licenciée en 2012 par la filiale française de la banque suisse, Stéphanie Gibaud a aidé l’administration et la justice à comprendre la façon dont était organisée l’évasion fiscale des riches clients français de l’entreprise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La dernière fois que son nom a été évoqué devant un tribunal, il y a quelques jours à peine, c’était pour dire tout le mal que son ancien employeur, la banque UBS, pensait d’elle. Stéphanie Gibaud, ancienne responsable marketing de sa filiale française, fait partie des principaux acteurs ayant conduit la banque suisse devant le tribunal, où le parquet a requis contre elle le 9 novembre dernier une amende faramineuse de 3,7 milliards d’euros. Il lui est reproché d’avoir organisé pendant de longues années la fuite des capitaux de ses riches clients français vers la Suisse, pour les cacher au fisc hexagonal.