Le mystère s’épaissit autour du prêt russe du Front national

Par et

Mediapart a obtenu le contrat du prêt russe du FN, qui lève le voile sur certaines zones d’ombre de cette opération inédite. Mais le micmac judiciaire se poursuit : la banque prêteuse a fait faillite, son directeur est recherché pour détournements de fonds, et le prêt du FN a été plusieurs fois racheté, sans que l’on sache à qui il sera remboursé fin 2019.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un document que le Front national s’est toujours refusé à rendre public. Mediapart a obtenu de la justice française la communication du contrat du prêt russe décroché en 2014 par le parti de Marine Le Pen (lire notre billet). Cette convention de 17 pages lève le voile sur certaines zones d’ombre entourant ce financement inédit accordé par la First Czech Russian Bank (FCRB), qui depuis a fait faillite dans des circonstances obscures et se retrouve au centre d’une procédure pour détournements de fonds.