Affaire Rugy: Macron rattrapé par la réalité politique

Par

Pour ne « céder aucun centimètre à Mediapart » et maintenir François de Rugy au gouvernement, Emmanuel Macron s’est d’abord retranché derrière le droit. Mais face aux retours catastrophiques du terrain et malgré un risque pénal faible, l’exécutif a fini par régler son problème… politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au départ, il y avait une volonté. Celle d’Emmanuel Macron de ne « céder aucun centimètre à Mediapart », selon les mots rapportés par plusieurs de ses proches tout au long de la semaine. Le chef de l’État l’avait d’ailleurs fait savoir publiquement jusqu’à la veille du départ de François de Rugy : jamais il ne prendrait de décision sur la base de « révélations ». « Sinon, ça devient la République de la délation. Il suffit que je sorte une photographie, dise des choses sur vous, sur n’importe qui, ça devient Les Dix Petits Nègres », avait-il affirmé le 15 juillet, en marge de son déplacement en Serbie.