L’affaire François de Rugy

Le ministre de la transition écologique a annoncé mardi 16 juillet sa démission du gouvernement. Mediapart a multiplié les révélations sur les pratiques de Rugy aux frais du contribuable, par des dîners ou des travaux. Il s’est aussi avéré incapable de justifier l’utilisation de ses frais de mandat de député.

Cette République hôtelière qui discrédite la France

Par
François de Rugy à l’issue de la cérémonie de passation au ministère de la transition écologique, le 17 juillet. © Reuters François de Rugy à l’issue de la cérémonie de passation au ministère de la transition écologique, le 17 juillet. © Reuters

La République – ses lieux, son intendance, ses finances et ses personnels – n’appartient pas à celles et ceux qui, représentants ou gouvernants, sont momentanément à son service. En révélant la persistance d’habitudes contraires, malgré les engagements pris, les enquêtes de Mediapart sont d’utilité publique.

Rugy: de nouveaux éléments confirment le caractère amical des dîners

Par et
Reuters Reuters

De nouveaux éléments recueillis par Mediapart contredisent le rapport de l’Assemblée nationale rendu mardi sur le train de vie de François de Rugy lorsqu’il en était le président. Des photos et témoignages démontrent qu’il s’agissait bien de dîners amicaux, et non de soirées thématiques professionnelles.

Rugy: certains travaux de l’appartement, dont le dressing, étaient bien trop coûteux

Par et
François de Rugy et son épouse, Séverine, le 17 juillet 2019, lors de la passation de pouvoirs à la nouvelle ministre de l'écologie Élisabeth Borne. © Reuters François de Rugy et son épouse, Séverine, le 17 juillet 2019, lors de la passation de pouvoirs à la nouvelle ministre de l'écologie Élisabeth Borne. © Reuters

L’enquête administrative sur les travaux dans l’appartement de fonction de François de Rugy estime que les règles de la commande publique ont été respectées, mais confirme le coût trop élevé de certaines prestations, dont le dressing à 17 000 euros. Édouard Philippe a décidé que les ministres devraient désormais obtenir l’aval de Matignon pour les travaux supérieurs à 20 000 euros. 

Affaire Rugy: La farce du contrôle de l’Assemblée

Par et
François de Rugy quand il était encore ministre de la transition écologique et solidaire, en compagnie du premier ministre. © Reuters François de Rugy quand il était encore ministre de la transition écologique et solidaire, en compagnie du premier ministre. © Reuters

Le rapport d’enquête produit par l’Assemblée nationale épingle trois des dîners organisés par François de Rugy à l’hôtel de Lassay, sur douze examinés. Et balaye toute « irrégularité ». Mais le manque d’indépendance de son auteur, ancien subordonné de l’intéressé, oblige à qualifier ce « contrôle » de mascarade.

Affaire Rugy: Macron rattrapé par la réalité politique

Par
 © Reuters © Reuters

Pour ne « céder aucun centimètre à Mediapart » et maintenir François de Rugy au gouvernement, Emmanuel Macron s’est d’abord retranché derrière le droit. Mais face aux retours catastrophiques du terrain et malgré un risque pénal faible, l’exécutif a fini par régler son problème… politique.

François de Rugy est-il passible de poursuites judiciaires?

François de Rugy, ancien ministre de la transition écologique. © Reuters François de Rugy, ancien ministre de la transition écologique. © Reuters

François de Rugy a pioché dans son enveloppe de frais de mandat pour payer ses cotisations à Europe Écologie-Les Verts en 2013 et 2014. Si la faute est caractérisée, le risque pénal est faible. Explications.

François de Rugy abusait aussi des voitures avec chauffeur

L’ex-numéro 2 du gouvernement Philippe a largement eu recours aux véhicules et aux chauffeurs de la République pour un usage privé. Plusieurs anciens ministres témoignent de leur incompréhension face à cette pratique inhabituelle.

François de Rugy démissionne, incapable de justifier ses frais de mandat

François de Rugy a démissionné du gouvernement. © Reuters François de Rugy a démissionné du gouvernement. © Reuters

Le ministre de la transition écologique  a démissionné ce mardi du gouvernement. Mediapart s’apprêtait à publier cette nouvelle enquête sur l’utilisation de ses frais professionnels comme député. Il a pris les devants et quitté le gouvernement. Révélations.

François de Rugy, la chute d’un écolo «pragmatique»

Par
François de Rugy en décembre 2016. © Reuters François de Rugy en décembre 2016. © Reuters

Cerné par les révélations de Mediapart, le ministre de l’écologie d’Emmanuel Macron a démissionné. Professionnel de la politique, il est plusieurs fois revenu sur ses engagements au nom d’une écologie « pragmatique et responsable », à l’opposé de la prétendue « lecture marxiste » de son ancien parti, Europe Écologie-Les Verts.

Rugy: les contribuables ont aussi enjolivé à grands frais l’appartement du ministre

Par et
 © Reuters © Reuters

Après les somptueuses réceptions sur fonds publics des époux Rugy, Mediapart révèle que le ministre de l’écologie, numéro 2 du gouvernement, et sa femme ont fait réaliser plus de 63 000 euros de travaux, payés par le contribuable, dans les appartements privés du ministère. Face à ces travaux de confort, dont un dressing au coût exorbitant de 17 000 euros, le couple a fourni des réponses pour le moins alambiquées.

Mediapart, le Parlement et «le fantasme du coupeur de têtes»

Par

François de Rugy s’indigne : Mediapart, « journal militant », voudrait « couper des têtes » et « les faire rouler dans le caniveau ». Il se trompe lourdement. Depuis dix ans, toutes nos investigations sur le Parlement visent à renforcer les contrôles au sein d’institutions si opaques qu’elles suscitent une suspicion généralisée.

François de Rugy profite, lui aussi, d’un logement à vocation sociale

François de Rugy occupe un logement à vocation sociale en Loire-Atlantique. © Reuters François de Rugy occupe un logement à vocation sociale en Loire-Atlantique. © Reuters

Comme son ancienne directrice de cabinet, François de Rugy occupe un logement à vocation sociale. Depuis 2016, le ministre de la transition écologique profite d’un appartement relevant du dispositif Scellier social, près de Nantes, sans répondre aux conditions de location. François de Rugy dit ne pas en avoir été informé.

Le ministre renvoie sa directrice de cabinet pour avoir conservé son HLM

Par et
Nicole Klein sortait d'un poste de Secrétaire générale à la préfecture de Loire-Atlantique quand elle a obtenu son logement social © Reuters Nicole Klein sortait d'un poste de Secrétaire générale à la préfecture de Loire-Atlantique quand elle a obtenu son logement social © Reuters

Suite aux révélations de Mediapart, François de Rugy a demandé à sa directrice de cabinet de présenter sa démission. Elle « occupait » un logement HLM depuis 2001 à Paris. Et l’avait même conservé de 2006 à 2018, alors qu’elle n’habitait plus la capitale.

François de Rugy reste au gouvernement sous conditions

Par et
François de Rugy et Édouard Philippe. © Reuters François de Rugy et Édouard Philippe. © Reuters

Juste avant les nouvelles révélations de Mediapart, François de Rugy est sorti de Matignon avec l’assurance de rester au gouvernement. À l’issue d’une séance d’explications, le premier ministre a annoncé une « inspection ». La majorité reste gênée.

«Rugy a été saisi par le vertige des cimes»

Par

Après les révélations de Mediapart sur les dîners de François de Rugy, les anciens camarades d’EELV sont stupéfaits et les insoumis dénoncent une pratique oligarchique du pouvoir. « Il est dans une spirale d’ascension sociale, il découvre les ors de la République », dit une figure écolo. Même la droite s’indigne.

La Macronie laisse François de Rugy monter seul en première ligne

Par et
À la table des époux De Rugy. © DR/Mediapart À la table des époux De Rugy. © DR/Mediapart

Aucun cacique de LREM n’est monté au front pour défendre Rugy. En « off », plusieurs élus font part de leur panique face à une affaire qui tombe franchement mal après la crise des « gilets jaunes ». Pour l’heure, l’ancien président de l’Assemblée reste toutefois au gouvernement.

La vie de château sur fonds publics des époux de Rugy

Par
François et Séverine de Rugy, le 21 février 2019. © Reuters François et Séverine de Rugy, le 21 février 2019. © Reuters

François de Rugy et sa femme ont multiplié, entre 2017 et 2018, aux frais de la République, des agapes entre amis dignes de grands dîners d’État, selon notre enquête. Le ministre parle de « dîners informels liés à l’exercice de ses fonctions avec des personnalités issues de la société civile ».

Tous les articles