L’omerta entretenue depuis janvier par les autorités sanitaires et la société bretonne Biotrial sur l’essai clinique mortel de Rennes va-t-elle enfin être brisée ? Le député socialiste Gérard Bapt, membre de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, qui avait contribué à faire éclater l’affaire du Mediator, s’y emploie. Il vient de solliciter la ministre de la santé, Marisol Touraine, attirant son attention sur la communication « insuffisante » du ministère, « s’agissant d’une affaire dont l’importance augmente et qui pourrait avoir un caractère déflagratoire ».