A Marseille, l’«ancien monde» ne craint plus La République en marche

Par

Aux législatives de 2017, une « marcheuse » venue de nulle part créait la surprise dans la deuxième circonscription des Bouches-du-Rhône en ravissant l’un des fiefs de la droite locale. Mais un an et demi plus tard, à Marseille, les enfants du macronisme peinent à s’imposer sur un échiquier politique vieux de quarante ans. Les déceptions sont grandes. Et l’« ancien monde » prépare sa revanche.
Premier volet d’une série de reportages réalisés en partenariat avec Marsactu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marseille (Bouches-du-Rhône), envoyée spéciale.– Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12 octobre, sur le Vieux-Port de Marseille, l’ancien député Les Républicains (LR) vient de retrouver Claire Pitollat qui lui a ravi en juin 2017, sous l’étiquette La République en marche (LREM), la deuxième circonscription des Bouches-du-Rhône dans laquelle il était élu depuis près de 15 ans.