France Télévisions: les révélations de Mediapart

Par
Nous avons décidé de publier des documents confidentiels, présentés au dernier conseil d'administration de France Télévisions, sur la privatisation de sa régie publicitaire. Documents qui montrent que cette opération est encore plus choquante qu'on ne le pensait. Proche de Nicolas Sarkozy, l'acquéreur, Stéphane Courbit, allié au groupe Publicis, va en effet débourser non pas les 16 millions d'euros annoncés officiellement mais une somme de 2,6 millions euros. Vendredi à 18 heures, France Télévisions et France Télévisions Publicité ont décidé de saisir le tribunal en référé, dans une procédure d'heure à heure, pour demander le retrait de ces trois documents. L'affaire a été plaidée samedi 20 février de 11 heures à 12 h 30 devant le tribunal de Paris. La décision devait être rendue en début d'après-midi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La privatisation de la régie publicitaire de France Télévisions au profit de l'homme d'affaires Stéphane Courbit, allié pour la circonstance au groupe Publicis, n'a pas fini d'alimenter la controverse. Après les polémiques sur les conflits d'intérêts innombrables qui mettent en cause la sincérité et la transparence de l'opération, c'est en effet le montant de la transaction envisagé qui risque maintenant de faire débat. Car selon les informations dont dispose Mediapart, les acquéreurs vont bien débourser 20 millions d'euros pour prendre le contrôle de 70% du capital de France Télévisions Publicité (FTP), soit 16 millions d'euros en prix d'acquisition et 4 millions d'investissement. Mais, au terme d'une étrange partie de bonneteau, ils vont dans la foulée prendre le contrôle d'une société qui dispose d'une trésorerie de... 13,4 millions d'euros !