La campagne électorale d’Erdogan dopée par les violences de Tsahal à Gaza

Par

Le président turc Recep Tayyip Erdogan peut remercier Israël et ses dirigeants. Les violences inouïes commises par l’armée israélienne contre les Gazaouis lundi lui ont permis de réendosser le costume qu’il affectionne de défenseur de la cause palestinienne. Du pain bénit pour le Reis à cinq semaines des élections présidentielles et législatives en Turquie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant. – « Il arrive… L’espoir de Jérusalem, l’espoir de la Palestine, l’espoir du Proche-Orient… Receeep…. Tayyiiip… Eeerdooogaaan ! » Tandis que le maître de cérémonie s’époumone dans son micro, le président turc s’avance sur la scène, vêtu d’un costume noir plus austère qu’à l’habitude, des lunettes de soleil sur le nez, une écharpe palestinienne autour du cou.