Un retour sous le feu des affaires

Par

Plusieurs dossiers judiciaires menacent encore Nicolas Sarkozy, qui vient d'annoncer son retour en politique via un message Facebook. Azibert, financement libyen, Bygmalion, Karachi... Ces affaires constituent autant d’obstacles dans son parcours pour revenir au sommet du pouvoir, alors que d'autres encore menacent ses amis. À moins qu’elles ne le motivent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Veut-il revenir à l’Élysée malgré les « affaires », ou, au contraire, à cause des affaires ? Entend-il se sacrifier (en faisant « don de sa personne à la France ») ou plutôt se protéger, en muselant juges et policiers, et en bénéficiant de surcroît d'une immunité présidentielle de cinq années ? C’est une des questions que pose le retour de Nicolas Sarkozy en politique, annoncé ce vendredi via un message Facebook (à lire ici). L’ex-chef de l’État, qui jurait vouloir changer de vie après sa défaite de 2012, avant de se raviser, est en effet gêné par plusieurs affaires judiciaires qui risquent de perturber son agenda et de parasiter ses prises de parole.