Au procès du meurtre de Vanesa Campos, deux visions de la prostitution s’affrontent

Le meurtre de la travailleuse du sexe transgenre, dont le procès se déroule jusqu’au 26 janvier, a jeté une lumière crue sur les conditions de travail des prostituées au bois de Boulogne. Mais les associations se divisent sur le sujet.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Vanesa Campos est-elle une « victime collatérale » des lois de « répression de la prostitution » ? Cette question plane au-dessus de la cour d’assises de Paris depuis le début du procès du meurtre de cette travailleuse du sexe transgenre, tuée d’une balle dans le thorax dans la nuit du 16 au 17 août 2018, dans un lieu reculé et dangereux du bois de Boulogne.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal