Violences du GUD: la justice ouvre une enquête financière

Par

Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête pour « abus de biens sociaux » et « blanchiment de capitaux ». Deux sociétés sont visées : l'une a été créée par Axel Loustau, trésorier du micro-parti de Marine Le Pen et conseiller régional FN. L'autre est détenue par des proches de Logan Djian, le chef du GUD mis en examen pour « violences aggravées » et laissé en liberté contre une caution de 25 000 euros.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'affaire des violences de militants du GUD (Groupe Union Défense) rebondit sur un second front judiciaire, financier celui-ci. D'après nos informations, le parquet de Nanterre a ouvert le 13 mars une enquête préliminaire pour « abus de biens sociaux », « blanchiment de capitaux » et « travail dissimulé », après avoir reçu un signalement de Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy. Au cœur de cette enquête se trouvent deux sociétés, dont la Financière Agos, créée par un proche de Marine Le Pen : Axel Loustau, trésorier de son micro-parti, conseiller régional FN et récemment promu à la tête de la fédération frontiste des Hauts-de-Seine.