L’éducation prioritaire ne semble pas ou peu intéresser la droite. Celle-ci préfère dessiner pour l’école un horizon autoritaire à coups d’uniformes pour tous, d’écoles privées et de roman national. Ce pan précis de la politique éducative est quasiment absent des programmes des candidats de ce côté de l’échiquier politique. François Fillon, ancien ministre de l’éducation nationale entre 2004 et 2005, réclame « une école de l’excellence pour tous ». Il poursuit : « L’éducation est une priorité pour remettre la France debout. » Mais point de mention de l’éducation prioritaire à l’horizon. Chez Nicolas Dupont-Aignan, la seule mesure qui y est rattachée porte sur le dédoublement systématique des classes « dans les établissements sensibles, notamment en CP, afin de tenir un objectif de 15 élèves par classe ».