Luc Carvounas: les confessions d'un ex-«bon petit soldat» de Valls

Le sénateur-maire d’Alfortville, candidat aux législatives, prône un dialogue entre les composantes de la gauche en désaccord avec le nouveau pouvoir. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il était un bon petit soldat de la majorité. Mais pour Luc Carvounas, « c’est fini ». Sa nouvelle devise est « ni Dieu ni maître ». L’expression est lâchée avec malice par un élu connu pour avoir été l’un des porte-flingues de Manuel Valls. Au-delà du bon mot, et d’une prise de distance publique sur le quinquennat finalement très récente, Luc Carvounas revendique sa nouvelle « liberté », lui qui n’a pas suivi son ancien mentor dans la « majorité présidentielle ».