Hôpital public: la victime est une femme

Par

Fermeture des maternités de proximité, restriction de l’accès à l’IVG et aux consultations gynécologiques, les femmes subissent de plein fouet la contraction de l’hôpital public, sommé de réduire la voilure. Au pied du lit, les soignantes, encore en grande majorité des femmes, sont elles aussi de plus en plus abîmées par la dégradation de leurs conditions de travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour les femmes, c’est la double peine. Alors que l’ensemble de l’hôpital est mis sous pression par la contrainte budgétaire, ce qui complique l’accès aux soins, elles subissent en plus la diminution drastique des services qui les concernent au premier chef, maternités, services d’IVG et gynécologie.