Un ex-directeur de la DGSE: «On a baissé la garde sur le renseignement humain»

Par

Ancien haut responsable de l'espionnage français, Alain Chouet pointe les failles des services de renseignement intérieurs et extérieurs au lendemain des attentats du 13 novembre. Il plaide pour un investissement dans le renseignement humain, dans la police, la gendarmerie et l'armée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alain Chouet a effectué toute sa carrière au sein de la DGSE (l'espionnage français), dont il a été le chef du service de renseignement de sécurité de 2000 à 2002, après avoir été en poste notamment à Beyrouth, Damas et Rabat. Il est l'auteur de plusieurs livres sur le monde arabe et sur le terrorisme (lire sa biographie complète ici).