Bygmalion: Sarkozy tente encore d’éviter le tribunal

Par

La justice devait se pencher, mercredi 20 décembre, sur le recours déposé par Nicolas Sarkozy contre son renvoi devant le tribunal dans l'affaire Bygmalion. Son avocat, Me Herzog, devait aussi plaider une question prioritaire de constitutionnalité. L'audience a toutefois été repoussée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pas prévenu, ni hier, ni jamais. Nicolas Sarkozy n’aurait pas été prévenu de l’explosion de ses dépenses de campagne en 2012, il conteste donc sa condition de prévenu en 2017. Mercredi 20 décembre, dans l’affaire Bygmalion, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris devait examiner le recours de l'ancien candidat UMP contre son renvoi devant le tribunal correctionnel, ordonné par le juge d’instruction Serge Tournaire en février 2017, à l’issue de trois ans d’investigations, pour « financement illégal de campagne électorale ». Si un procès devait se tenir, ce serait le deuxième pour un chef d’État retraité, après la condamnation de Jacques Chirac en 2011 dans le scandale des emplois fictifs de la Ville de Paris.