Jean-Christophe Lagarde (UDI): europhile et «noniste»

Jean-Christophe Lagarde, député centriste et maire de Drancy, est europhile mais il a voté “non” en 2005. Il n'envisage d'alliance qu'avec la droite en France mais s'oppose à son candidat à Bruxelles, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, en le qualifiant de défenseur des paradis fiscaux.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Le député et maire centriste de Drancy (Seine-Saint-Denis), Jean-Christophe Lagarde, secrétaire général de l’UDI, est un personnage original dans le paysage politique français. Défenseur acharné de l’Europe, qu’il présente comme « le bouc émissaire » de nos erreurs nationales, il a pourtant voté “non” au référendum de 2005. Il considère que le projet de constitution européenne présentée cette année-là, ainsi que son sous-produit, le traité de Lisbonne, sont à la source de la crise de 2014 qui se traduira, selon lui, par « la poussée populiste ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié