Le pouvoir installe ses nouvelles têtes

Jeudi, la majorité présidentielle a désigné de nouvelles têtes d’affiche, ministres, présidents de l’Assemblée et du groupe socialiste. Au gouvernement, les quatre nouveaux, dans le respect de la parité, renforcent les radicaux de gauche et les proches de Ségolène Royal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le « dispositif » socialiste se complète. Après le grand chelem des 25 ministres candidats aux législatives, le nouveau pouvoir socialiste a dévoilé ce jeudi de nouveaux visages de sa République. Outre son candidat à la présidence de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, et son président de groupe parlementaire, Bruno Le Roux, le mini-remaniement a finalement accouché de quatre ministres supplémentaires, après plus de trois heures d’attente par rapport à l’horaire annoncé. Deux femmes, deux hommes, pour respecter la parité d’un gouvernement de 38 ministres. Mais au bout du compte, le nouvel échafaudage a des airs étranges de jeu de bonneteau. Les nouveaux entrants rééquilibrent surtout la proportion de sénateurs, de radicaux et de royalistes.