BPCE : le procès de la noblesse d'Etat est ouvert

Par

Le président de la BPCE, François Pérol, comparaît depuis lundi devant le tribunal correctionnel pour « prise illégale d’intérêts », à la suite des conditions controversées de sa nomination à la tête du groupe bancaire. Ce procès est aussi celui de pratiques du pantouflage, en usage dans toute la haute administration.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lundi 22 juin, un procès hors norme a débuté au tribunal correctionnel de Paris : François Pérol, président de la BPCE, va comparaître pour « prise illégale d’intérêts », à la suite des conditions controversées de sa nomination à la tête du groupe bancaire.