Fraude fiscale: le procès Wildenstein risque d’être encore reporté

Par

Jugé à partir de jeudi pour la plus grosse affaire de fraude fiscale et blanchiment de ces dernières années, le marchand d’art international Guy Wildenstein a demandé un sursis à statuer au tribunal, ce malgré le rejet de sa QPC en avril dernier. Réponse lundi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À peine entrouvert au mois de janvier et aussitôt interrompu – interruption qui durera près de neuf mois, le temps qu’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soit étudiée puis rejetée –, le procès Wildenstein, qui représente la plus grosse affaire de fraude fiscale de ces dernières années, risque d’être à nouveau reporté aux calendes grecques.