Les gilets jaunes tentent de parer aux accusations d’antisémitisme

Par

Le mouvement des « gilets jaunes » est accusé de complaisance envers l’antisémitisme. L’essentiel des cas documentés montre pourtant que le ménage est fait de l’intérieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’acte antisémite qui a fait le plus grand bruit. Le 16 février, aux abords du parcours de la manifestation des « gilets jaunes » à Paris, dit acte XIV, le philosophe Alain Finkielkraut est verbalement agressé par une poignée de participants. « Barre-toi, sale sioniste de merde », « Rentre chez toi », « Espèce de raciste », « T’es un haineux. Tu vas mourir. Nous sommes le peuple français » : les insultes proférées par plusieurs individus portant un gilet jaune ont déclenché une vague de soutiens au philosophe et de dénonciations des invectives antisémites. À l'appel du Parti socialiste, un rassemblement contre l'antisémitisme est finalement organisé à Paris le 19 février.