Les élus corrompus secourus par le PS? Tempête autour d'un amendement

Glissé dans la loi pénitentiaire, un amendement du député socialisteJean-Jacques Urvoas provoque une tempête. Il vise à supprimer l'articleL.7 du code électoral,qui rend inéligibles pour cinq ans les personnes condamnées pourcorruption, prise illégale d'intérêts ou trafic d'influence, et prévoitleur radiation automatique des listes électorales. Les élus corrompussauvés par le PS? Le député s'en défend mais, à demi-mots, on reconnaît uneboulette...

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Mais quelle mouche a donc piqué le député PS Jean-Jacques Urvoas, bûcheur invétéré, d'habitude producteur d'amendements irréprochables, visant à renforcer les pouvoirs du Parlement ou les droits des prisonniers? Au cours de l'examen du projet de loi pénitentiaire (qui s'est déroulé du 15 au 19 septembre à l'Assemblée), il a fait voter un amendement qui semble tricoté «sur-mesure» pour les élus coupables d'infractions financières. Son texte abroge en effet l'article L.7 du code électoral, qui rend inéligibles pour 5 ans les personnes condamnées pour corruption, prise illégale d'intérêts ou trafic d'influence, et prévoit leur radiation automatique des listes électorales.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Éducation — Enquête
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Discriminations
Des témoins confirment l’humiliation infligée à une lycéenne voilée avant le bac
Jeudi 16 juin, une élève venue passer une épreuve du bac français dans un lycée parisien dit avoir été « agressée » par une responsable éducative qui n’aurait pas apprécié qu’elle vienne voilée et lui a fait rater le début de l’épreuve. Des témoins confirment la violence de la scène.
par Nejma Brahim
Politique — Analyse
Le nouvel ordre électoral : trois pôles et des incertitudes
Le second tour des législatives a confirmé la radicale nouveauté du paysage politique français depuis 2017. La majorité relative dont Emmanuel Macron doit se contenter génère cependant une situation pleine d’inconnues.
par Fabien Escalona
Exécutif — Analyse
Sans solution, Emmanuel Macron met la pression sur les oppositions
Trois jours après avoir perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale, le président de la République a tenté de minimiser son échec. Martelant que son programme devait être appliqué, il a enjoint à ses opposants de se prononcer sur leur volonté ou non de l’aider à le faire.
par Ilyes Ramdani

Nos émissions