L'Elysée dédramatise le statu quo en Allemagne

Par et

Le succès électoral d'Angela Merkel, dont la formation arrive largement en tête du scrutin ce dimanche, confirme, après le vote italien de février, que François Hollande n'est pas parvenu à enclencher une dynamique pour « relancer » l'Europe à gauche. Mais l'Élysée relativise les conséquences de ce statu quo à Berlin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le communiqué est tombé très vite. François Hollande s'est précipité dimanche pour féliciter Angela Merkel pour sa victoire aux élections fédérales. Ils « ont exprimé leur volonté de continuer à travailler inlassablement au rapprochement de la France et de l’Allemagne et de poursuivre leur coopération étroite pour relever les nouveaux défis de la construction européenne. Le Président de la République a invité la chancelière à Paris dès que le gouvernement serait formé afin de préparer les échéances à venir », écrit l'Élysée.