La France insoumise attend un «déferlement» à Paris

Par

Pour le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, qui appelle à s’opposer au « coup d’État social » dans les rues de la capitale, samedi 23 septembre, la manifestation a valeur de test politique. La venue de personnalités de gauche, dont Benoît Hamon et une délégation du PCF, est déjà signe d’une réussite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déferlement ou pas ? Pour reprendre la formule de Jean-Luc Mélenchon, le 27 août 2017 à Marseille, appelant « le peuple » à « déferler sur Paris » contre « le coup d’État social » du gouvernement, la question reste ouverte. Car la mobilisation initiée par le groupe des élus insoumis à l’Assemblée nationale au cœur de l’été, alors que se discutait le projet de loi d’habilitation autorisant le gouvernement à légiférer par ordonnances sur le code du travail, apparaît comme une originalité au sein du mouvement social. Face aux deux manifestations syndicales des 12 et 21 septembre – ou en complément, comme plaident plutôt ses organisateurs –, la participation demeure encore une grande inconnue.