Même le privé se rebiffe contre Blanquer

Par

Les enseignants de l’enseignement privé ont eux aussi pléthore de revendications et réclament notamment une amélioration de leurs conditions de travail. Ils ont manifesté le 16 mai contre le « mépris » du ministre de l’éducation nationale à leur égard. Rencontre avec quatre enseignantes grévistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour la première fois depuis longtemps, les enseignants ont écrit aux parents d’élèves pour leur annoncer qu’ils seraient en grève. C’est aussi, au passage, l’occasion d’administrer aux élèves une leçon d’histoire sur la question. Cette scène est peut-être anodine dans le public, beaucoup moins dans l’enseignement privé. Le 16 mai, les enseignants ont organisé une manifestation à l’appel de sept syndicats de l'enseignement privé – Snec-CFTC, FO, Spelc, Sud Solidaires, CFDT et CGT –, ce qui n’était pas arrivé depuis des années. « Une union historique face au mépris du ministère », explique dans un communiqué l'intersyndicale.