Alarme, citoyens !

Par

21 avril 2002–22 avril 2012 : l’indolence de Chirac puis la virulence de Sarkozy ont alourdi l’hypothèque de l’extrême droite sur la vie publique. Que sa progression du FN soit à porter au débit de la droite, c’est l’évidence. Mais que la gauche ne saurait s’en satisfaire en est une autre. Le défi est d’autant plus immense : relever la France d’une déchéance annoncée, en refondant la République.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après l’alerte du 21 avril 2002, voici donc l’alarme du 22 avril 2012. Loin de la réduire, l’indolence de Jacques Chirac puis la virulence de Nicolas Sarkozy ont alourdi l’hypothèque de l’extrême droite sur la vie publique française. Que la progression des idées et des voix du Front national soit à porter au débit des dix années de pouvoir sans partage de la droite à l’Elysée, au gouvernement et au Parlement, c’est l’évidence. Mais que la gauche ne saurait s’en satisfaire en est une autre. Car le défi qui l’attend est d’autant plus immense : relever la France d’une déchéance politique annoncée, en refondant une République authentiquement démocratique et sociale.