Extrême droite Enquête

Le Bastion social est opportunément dissous

En pleine polémique sur le passé militant de Nathalie Loiseau et sa présence sur une liste d’extrême droite, le gouvernement a annoncé la dissolution du Bastion social. La dissolution de ce mouvement né des décombres du GUD était dans les tuyaux du ministère de l’intérieur depuis plus de quatre mois.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le Conseil des ministres a prononcé ce mercredi 24 avril la dissolution du groupuscule d’ultra-droite Bastion social. Une annonce pleine d’à-propos pour la majorité alors que sa tête de liste aux élections européennes, Nathalie Loiseau, est empêtrée dans une polémique depuis deux jours et les révélations de Mediapart quant à sa présence sur une liste d’extrême droite, lorsqu’elle était étudiante à Sciences-Po Paris.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA