EDF fait payer au prix fort la centrale de Fessenheim

Par et

Le conseil d'administration d'EDF a entériné le principe de la fermeture de la centrale de Fessenheim contre le versement d'une indemnité de 490 millions d'euros. Mais il a subordonné l'arrêt des deux réacteurs à l'entrée en service de l'EPR et au redémarrage de la centrale de Paluel. Avec toutes ces conditions, la fermeture de la centrale n'est pas pour demain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un tout petit pas vers la fermeture de la centrale de Fessenheim et déjà un gros cadeau à EDF… Le conseil d’administration de l’électricien public a accepté, mardi 24 janvier, le protocole d’indemnisation relatif à la fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), la plus ancienne du parc nucléaire français. L'État accorde à EDF la somme de 490 millions d’euros en compensation des dépenses entraînées par l’arrêt des deux réacteurs : pour la reconversion du personnel, le démantèlement, la taxe sur les installations nucléaires. L’industriel a obtenu en grande partie gain de cause, alors que dans un premier temps la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, avait estimé entre 80 et 100 millions d'euros le montant dû par l’État en échange de la cessation d’activité de la centrale alsacienne.