Dans la fonction publique, le plus grand plan social de France

100.000 emplois supprimés depuis trois ans: l'Etat taille comme jamaisdans les effectifs des administrations. Un fonctionnaire partant à laretraite sur deux n'est pas remplacé. Dans l'éducation nationale,l'armée, la police, ça coince. Idem à l'hôpital, où le nombred'employés commence à décroître. Pourtant, en temps de crise, leservice public est plus que jamais sollicité. Enquête de Mediapart, en trois volets.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Mardi 23 mars, les fonctionnaires de l'Etat seront en première ligne lors de la journée de manifestations, à l'appel de sept syndicats sur huit. «Les agents sont inquiets, en colère», résume Jean-Marc Canon, de l'UGFF-CGT. Il y a la crise, bien sûr, qui met les services publics sous tension, à commencer par l'école ou les services sociaux. Une loi votée en 2009 qui fait craindre des mobilités forcées à l'avenir. Mais le malaise est encore plus profond.
«Les personnels se disent que le pouvoir s'échine à leur couper la tête»
, dit Brigitte Jumel, de la CFDT. Seraient-ils la bête noire du gouvernement? Depuis trois ans, dans la foulée de la fameuse RGPP (révision générale des politiques publiques), plus de 100.000 postes ont été supprimés dans la fonction publique d'Etat. Une goutte, objectera-t-on, dans l'océan des 2,5 millions de fonctionnaires de l'Etat (au total, les trois fonctions publiques emploient 5,27 millions de fonctionnaires. Chiffres et études sous l'onglet Prolonger). Il s'agit pourtant du plus grand plan social en cours. Certes, statut oblige, les fonctionnaires n'ont pas été licenciés. Mais leurs emplois ont été détruits.
Nicolas Sarkozy a tenu sa promesse: ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. En 2008, 23.000 postes devaient être supprimés, ce fut finalement 28.000. En 2009, 30.600emplois sont passés à la trappe. Le projet de loi de finances pour 2010, que le Parlement vient de voter dans sa version définitive, prévoit encore 33.000 postes de moins. Avec les 11.000emplois biffés en 2007 par le gouvernement Villepin, le seuil des 100.000 est dépassé. Le chef de l'Etat en est fier. «Jamais un tel effort n'avait été réalisé», s'est-il vanté en décembre.
Malgré une récession historique, le gouvernement n'a jamais varié. «Embaucher un fonctionnaire ne peut pas être une réponse à la crise», dit le ministre du budget, Eric Woerth. Les suppressions de poste vont continuer, au même rythme. Selon la CGT, «il faut rajouter entre 35 et 40% aux suppressions de postes annoncées en loi de finances. Ce sont donc 250.000 et 300.000 postes qui pourraient être détruits sur l'ensemble du quinquennat, et cette estimation n'a jamais été démentie par Bercy». Rien n'interdit en effet à un ministère de supprimer plus de postes que l'Etat ne l'exige...

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Discriminations
Des témoins confirment l’humiliation infligée à une lycéenne voilée avant le bac
Jeudi 16 juin, une élève venue passer une épreuve du bac français dans un lycée parisien dit avoir été « agressée » par une responsable éducative qui n’aurait pas apprécié qu’elle vienne voilée et lui a fait rater le début de l’épreuve. Des témoins confirment la violence de la scène.
par Nejma Brahim
Politique — Analyse
Le nouvel ordre électoral : trois pôles et des incertitudes
Le second tour des législatives a confirmé la radicale nouveauté du paysage politique français depuis 2017. La majorité relative dont Emmanuel Macron doit se contenter génère cependant une situation pleine d’inconnues.
par Fabien Escalona
Exécutif — Analyse
Sans solution, Emmanuel Macron met la pression sur les oppositions
Trois jours après avoir perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale, le président de la République a tenté de minimiser son échec. Martelant que son programme devait être appliqué, il a enjoint à ses opposants de se prononcer sur leur volonté ou non de l’aider à le faire.
par Ilyes Ramdani
Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni

Nos émissions