Pour les salariés de PSA, le plan du gouvernement est «écœurant et indécent»

Par et

Alors que les salariés de PSA manifestaient, ce mercredi 25 juillet, devant le siège parisien du constructeur automobile pour sauver leurs emplois, les ministres Arnaud Montebourg et Michel Sapin présentaient leur plan de redressement de la filière automobile. Un moyen de dire que le gouvernement a fait son possible, mais pense surtout à l’après. Les ouvriers, eux, sont bien moins résignés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans quelques jours, ils seront en vacances. Mais pour l'heure, aucun d'entre eux n’a le cœur à s’en réjouir. « J’ai pas le moral, je ne pense qu’à la rentrée, à la fermeture, à ce qu’on va bien pouvoir faire… », confie Kouider, avant de rejoindre à petites foulées le cortège qui s’achemine vers l’Arc de Triomphe au son d’Highway to hell d’ACDC. Ouvrier de l’usine PSA d’Aulnay depuis 10 ans, l’homme fait partie des nombreux salariés (1 300 selon la police et 2 000 selon les syndicats) qui se sont rassemblés, ce mercredi 25 juillet au matin, devant le siège parisien du premier constructeur français.